MAMAFRICA

Mon stage en Gambie

En 2013, alors que j'étais en dernière année académique de Bachelor en Sage-femme à Bruxelles, j'ai été sélectionnée pour un stage à l'étranger dans un pays de mon choix… WAUW, c'était mon rêve ! J'ai pu choisir un pays africain pour rester et travailler pendant 3 mois, pour aider les moins fortunés et me préparer au meilleur travail du monde. Je suis né pour ça !

Après une enquête approfondie dans les livres et le web sur plusieurs pays africains, j'ai choisi la Gambie. Avec sa culture contemporaine intéressante, ses gens gentils et son histoire douloureuse, j'étais curieux de connaître ce petit pays. Je me suis préparé pour voyager vers le sud et j'ai compté les jours jusqu'à mon départ.

En février 2014, j'ai quitté mon pays natal avec d'autres étudiantes sages-femmes. Au milieu de la nuit, nous sommes arrivés en Gambie. Un petit chauffeur de taxi nous accueille gentiment, pose nos bagages trop volumineux sur le toit de son taxi et nous conduit à Brikama, Kombo Sud. Nous sommes arrivés dans un lodge et avons dormi dans une petite cabane pour la nuit.

Lorsque nous nous sommes réveillés, nous avons expérimenté pour la première fois le chaud soleil africain et avons été témoins de nombreuses impressions lors de notre promenade dans la ville. J'ai ressenti une sensation indescriptible que je n'avais jamais ressentie auparavant.

Jusqu'à présent, je me souviens encore du premier moment où j'ai marché dans les rues de Gambie. (Pour en être témoin, il suffit de venir ici !)

Notre séjour à Brikama a été court car nous avons dû nous rendre à Gunjur, plus loin sur la côte. Le chauffeur de taxi nous a amenés au centre de santé, où nous avons rencontré l'équipe d'infirmières et de sages-femmes. Et nous avons eu une maison là-bas, où nous étions autorisés à rester aussi longtemps que nous le voulions.

MAMAFRICA
Ma première livraison

Ma première livraison

Un jour dont je me souviens très bien est celui où nous avons commencé à travailler à la clinique prénatale et à la salle de travail. C'est le jour où j'ai accouché de mon premier bébé gambien à Gunjur. (Photo ci-dessus)

Quand je repense à cette photo, mon cœur se remplit d'amour. Je me souviens très clairement de deux choses en regardant cette photo (sauf que j'ai l'air très jeune sur cette photo haha 😊).

MAMAFRICA
Une nouvelle vie commence, j'aime mon travail !

Numéro 1

La première chose est que je suis à peine capable de communiquer avec la femme en travail.

Non seulement pendant le travail, mais aussi avant, j'ai remarqué que les femmes ne parlaient pas très bien l'anglais.

D'une manière ou d'une autre, nous avons compris les sentiments de l'autre. Même si l'anglais est la langue officielle, vous avez beaucoup de langues tribales comme le wolof, le mandingue et le fulla.

Pendant mon séjour en Gambie j'ai appris à mieux communiquer avec les femmes, j'ai appris leur langue (pas facile !)

Jumeaux MAMAFRIKA
Jumelles MAMAFRICA ☺️
Garçon gambien
Les bénévoles de MAMAFRIKA sont de toutes tailles

Numéro 2

Ce dont je me souviens aussi quand je regarde cette photo, c'est que j'avais à peine du matériel et des médicaments pour faire un accouchement en toute sécurité.

En Belgique, nous avons des trousses naissance, des trousses péridurales, des trousses de couture, des médicaments à emporter au placard, du linge, des protections, etc.

Un petit choc de rester là dans la salle de travail le premier jour avec rien d'autre que des gants et des ciseaux.

Notre équipe
Notre équipe

Rapide à apprendre

J'ai appris à travailler extrêmement économiquement en Gambie, à considérer deux fois chaque utilisation. Mais chaque sage-femme prend un risque extrêmement élevé pour travailler comme ça. Non seulement le risque de se protéger du VIH, de l'hépatite B/C et autres, mais aussi de pouvoir prévenir les décès maternels et les décès liés à l'accouchement…

Ce sont deux choses dont je me souviens, rien qu'en regardant cette photo… Ces deux choses sont si importantes : les soins de santé (avec suffisamment de matériel) et l'éducation (ODD 3 et 4, Nations Unies).

Éducation pour les femmes

Une sage-femme m'a dit que les femmes ne sont pas toujours bien éduquées en Gambie (manque d'éducation, à cause des coûts de l'école, et à cause des habitudes quotidiennes dans ce pays – les femmes sont plus censées aider à la maison). J'étais un peu triste d'entendre ça… Cette sage-femme m'a dit que les temps changent un peu et que certaines filles reçoivent une éducation ces jours-ci. Mais le changement se fait très lentement…

La Gambie a vraiment changé ma vie

Des années après mes premiers mois en Gambie, je retourne chaque année dans le même village. Chaque année, je suis allé faire du bénévolat dans cette même salle de travail dans le même centre de santé de Gunjur. Et en 2019 j'ai fondé le projet caritatif MAMAFRIKA avec ma mère et mes amis. MAMAFRIKA est un projet pour aider avec ces deux choses importantes. Nous voulons soutenir et aider à améliorer (l'accès aux) soins de santé pour les femmes et les enfants, ainsi que leur éducation. 

Nous avons nommé l'asbl belge (ASBL) MAMAFRICA www.vzwmamafrika.com

Nous avons une équipe locale de bénévoles de 5 personnes pour nous guider le mieux dans la communauté et pour aider à mettre en œuvre les projets préparés. Vous pouvez consulter notre travail sur les réseaux sociaux, Facebook, et Instagram, où nous publions des nouvelles et des photos de notre travail. N'hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez nous aider dans nos projets (stichtingmamafrika@outlook.com). 

Je ne suis pas un étranger en Gambie. C'est devenu ma deuxième maison. Ainsi, lorsque David m'a demandé d'écrire sur mes expériences et mon travail, je savais que cette page ne suffirait pas à décrire.

N'hésitez pas à venir vous-même en Gambie et à découvrir la côte souriante de l'Afrique 😉. Vous pouvez nous rejoindre pour réaliser des projets sur place, ou soutenir nos projets par des dons.

L'histoire a été écrite par Sabrina Asselman.

Si vous vous sentez inspiré par le passage de MAMAFRIKA & Sabrina à La Gambie, pourquoi ne pas l'aider en suivant ses comptes sur les réseaux sociaux ou même en la contactant directement pour lui offrir son soutien !